Chargement

Pourquoi les Japonais n’aiment pas Linkedin ?

 

Imaginez d’abord un monde sans Linkedin ! Là,  je vois déjà 4 personnes en PLS : Michael Aguilar (numéro 1 influenceur français – 276 K followers), Bruno Colmant (poids lourds belge francophone – 36 K followers), Xavier Degraux (spécialiste Linkedin) ou encore Philippe Deliège (Social seller). Respirez messieurs, Linkedin est bien là. Si vous ne suivez pas ces 4 personnes, je vous invite à le faire.

J’adore Linkedin, comme je suis encore en Europe, allez chouette ! je commence à me créer un réseau au Japon via LinkedIn. Sauf que…Je n’y trouve pas toutes mes cibles.

Ne soyez pas surpris qu’après un évènement au Japon, avec bien sûr, le rituel de la carte de visite, vous ne trouviez pas ces personnes sur LinkedIn. Par contre, elles vous ont envoyé des demandes Facebook. Réflexe d’Européens, c’est sympa, mais le contact reste professionnel. Et vous ne voulez pas mélanger le privé avec le boulot.

Sachez qu’au Japon, Facebook est utilisé pour le professionnel. Et 14% des Japonais ont un compte Facebook.  A titre de comparaison, 56 % des adultes Français ont un compte et 64% pour les Belges.

Facebook est une alternative à Linkedin, mais la principale alternative c’est Twitter.

Si je reprends le même critère l’elligible reach rate :  52% des adultes Japonais ont un compte Twitter, contre seulement 18% des Français et 14% des Belges. On parle de 65 millions de Japonais.

Vous l’aurez compris, les Japonais sont des utilisateurs massifs de Twitter. Vous voulez développer un business, soyez actif sur Twitter.

Pourquoi les Japonais n’aiment pas LinkedIn ?

 

3 raisons :

 

1/ Certains utilisateurs de Linkedin en font des tonnes sur leur réussite professionnelle éclatante. Là où les Japonais mettent en avant le groupe et non l’individu et ont une culture d’humilité.

 

2/ Connaitre l’autre et avoir confiance sont à la limite plus importants pour faire des affaires qu’un bon deal (en tt cas ils veulent les deux). Facebook permet d’être plus ouvert sur sa vie privée. Quoique Linkedin tend ces derniers mois à une Facebookisation que je trouve dommage.

 

Et enfin :

3/ Les japonais restent longtemps dans la même entreprise et les utilisateurs de Linkedin sont perçus comme voulant changer de boulot. Pourtant LinkedIn c’est plus que ça, pensez au social selling. Le corolaire de ce point est que pour le recrutement, LinkedIn est un excellent outil surtout que les Japonais sont en demande de compétences particulières qu’ils importent au travers des expats.

 

En conclusion

 

Linkedin Vous est utile si vous cherchez un job au Japon , mais pas si vous voulez développer des relations commerciales.

 

Quant à moi, il ne me reste plus qu’à mettre à jour mon compte Twitter. Si vous avez des trucs et astuces sur Twitter, n’hésitez pas à les partager sur LinkedIn ou sur Sandrine@Happymood.be